investissement locatif

Investissement locatif : trouver le meilleur financement

Ça y est, vous vous êtes enfin décidé : vous allez vous tourner vers l’investissement locatif. Vous savez quel type de bien vous souhaitez et cherchez maintenant les solutions de financement qui s’offrent à vous. Dans cet article, nous vous expliquons tout ce que vous avez besoin de savoir pour trouver le meilleur financement pour votre projet d’acquisition !

Première étape : calculer votre capacité de remboursement

Quel que soit le financement que vous choisirez, il vous faut dans un premier temps calculer votre capacité d’endettement… Et donc, de remboursement. Sachez que l’on estime généralement que la capacité d’endettement d’un individu correspond à 33% de son salaire. Apportons cependant une nuance à cela… L’important est que votre “reste-à-vivre” – littéralement, la somme qui vous reste pour vivre – soit suffisante. Si votre salaire est très élevé, vous pourrez donc supporter des mensualités pesant davantage que 33% de vos revenus.

Cependant, cela ne dépend pas uniquement de vous : les établissements de crédit sont de plus en plus inciter à respecter scrupuleusement les règles d’attribution des crédits, et à limiter le nombre de prêts accordés. Il devient donc de plus en plus difficile, même avec des revenus importants, de déroger à cette règle du taux d’endettement maximal. C’est là que l’investissement locatif peut vous aider : il s’agit d’une garantie, pour l’établissement prêteur, que les loyers encaissés seront toujours là pour vous permettre de rembourser votre emprunt.

Faites les choses dans le bon ordre : ça n’est qu’à partir du moment où vous aurez calculé votre capacité de remboursement que vous pourrez vous mettre à la recherche du bien de vos rêves !

Que vous investissiez à Marseille, Lille, Strasbourg ou Paris, dirigez-vous vers un courtier immobilier pour maximiser vos chances d’obtenir un financement

Votre meilleur atout pour obtenir un financement conséquent et adapté à votre projet ? Faire appel à un professionnel ! Ne négligez pas l’avantage que l’expertise d’un courtier immobilier peut vous apporter. Son métier est de négocier des crédits : il dispose d’ores et déjà des contacts primordiaux, sait comment constituer un dossier solide, quelles sont les critères sur lesquels les établissements prêteurs ne transigent pas en fonction des conjonctures du moment. De plus, il saura vous diriger vers le type de financement idéal pour votre acquisition en prenant en compte tous vos paramètres : revenus, apport personnel, localisation, nature de votre projet…

Par ailleurs, vous ne pouvez pas être perdant en vous adressant à un courtier immobilier : vous ne lui êtes engagé en rien ! Si le crédit négocié par ses soins ne vous convient pas, vous n’aurez rien à régler à votre courtier. Vous êtes gagnant sur tous les points, en vous épargnant un temps de recherche et de négociation considérable. Que vous souhaitiez investir à Marseille, Toulouse, ou Rennes, n’hésitez plus et sollicitez l’aide d’un courtier immobilier.

Renseignez-vous sur les aides à l’investissement locatif qui sont à votre disposition

Comme l’indique cette page, il existe différents dispositifs mis en place par l’État pour venir en aide aux particuliers souhaitant réaliser un investissement locatif. Si cela vous intéresse, vous trouverez ci-dessous un tableau récapitulatif de leurs caractéristiques principales.

DispositifPrincipeConditionsMontant
Denormandieréduction d’impôt sur le revenuréaliser son investissement locatif dans un quartier ancien dégradé12 à 21% du prix de revient net du logement
réduction plafonnée à un investissement de 300 000 € maximum
Pinelréaliser son investissement locatif dans une zone tendue (A, Abis ou B1)
investissements réalisés entre le 01/09/14 et le 31/12/21
12 à 18% du prix d’achat du logement (selon la durée d’engagement à louer)
réduction plafonnée à 300 000 € et 5 500 m2 / personne / an
Cosseabattement fiscal sur les revenus locatifslouer son logement à un niveau de loyer abordable (conventionnement Anah)
logement en zone tendue (A, Abis ou B1)
baux conventionnés Anah conclus ou renouvelés entre le 01/01/17 et le 31/12/19
15 à 85% des revenus bruts fonciers, dépendant du niveau de loyer & de la zone
dure pendant toute la convention Anah (généralement 6 ou 9 ans)

Michel AD13

Rédacteur pour active diag13 depuis plus de 5 ans, je suis passionné par l'immobilier et diagnostiqueur immobilier de profession. Je rédige depuis peu des articles concernant le domaine de l'immobilier !

Michel AD13 has 65 postes et comptage. Voir tous les messages de Michel AD13

Laisser un commentaire